Bulletin Londo Hio Cluster MSSC

 

L’année 2017 s’est achevée par une augmentation du nombre de personnes déplacées sur l’ensemble du territoire Centrafricain. Selon les données de la commission de mouvement de populations, en décembre 2017, plus de 680,000 personnes étaient déplacées. 30% des PDIs vivaient sur les 73 sites de déplacées, 68% en familles d’accueil et 2% dans la brousse.

 

A ce jour plusieurs nouveaux hotspots sont observés à travers le pays (Paoua, Bangassou, Ippy, Kembé Bambari, Bria, Batangafo, Pombola Bouguila, Markounda, etc.) en plus de ceux déjà connus. Eu égard à ceci les défis sécuritaire rendent complexe la réponse. Dans certaines localités du pays les activités des acteurssont en arrêt dansl’attente d’une situation sécuritaire favorable.

 

Toutefois, la mise en œuvre progressive des solutions durables en cours dans le pays est un cadre adéquat pour des réflexions de réinstallation, réintégration et relocation des personnes déplacées internes avec un accent particulier sur les communautés d’accueil au-delà des solutions de résilience jusqu’ici proposées par les acteurs humanitaires.

 

Au premier trimestre de l’année en cours, toutes les préfectures ont des acteurs qui mettent la réponse humanitaire en moyens de subsistance. La présence sur le terrain des partenaires est inégalement répartie (Carte 0). Les travaux à haute intensité de main d’œuvre occupent la première place avec 13,603 bénéficiaires dans treize préfectures. La participation des femmes dans les activités THIMO s’élève à 44%. La problématique du genre (transversale) est prise en compte dans l’ensemble des activités réalisées

 

TELECHARGER

 

Country: 
Central African Republic